Monsieur GUERET, gérant de la Ferme d’Arras à la Bazoche-Gouet (Eure-et-Loir, 28) a accueilli les 4e F et les éco-délégués de notre collège au sein de son exploitation laitière le mercredi 6 avril. Une usine de méthanisation en cogénération y est implantée depuis 2011, l’une des première en France.

La visite de l’usine de méthanisation de la ferme d’Arras a pour objectif de sensibiliser les participants à la transition écologique et à la production d’énergie décarbonée. Ils y ont découvert les moyens d’exploitation mis en œuvre pour fabriquer du biogaz et de l’électricité grâce aux déchets verts de l’exploitation laitières et des voisins aux alentours.

Présentation de la ferme

Monsieur GUERET, sa femme et ses deux filles ont repris l’exploitation familiale il y a 29 ans. Producteurs de lait à leurs débuts, ils souhaitaient gagner au autonomie alimentaire et énergétique. C’est pourquoi en 2010 lors d’un voyage d’étude sur la méthanisation en Allemagne, ils décident d’implanter une unité de méthanisation au sein de l’exploitation.

Cette évolution a permis à la famille d’être plus à l’aise financièrement. La méthanisation est l’énergie la plus rentable car le méthaniseur fonctionne 24h/24 et 7j/7, 365 jours par an (sauf maintenance ou pannes).

À la rencontre des vaches

Après la théorie place au concret. Une fois les sur-bottes enfilées, par précautions d’hygiène pour les animaux, nous avons suivi M. GUERET dans le premier bâtiment où hivernent les vaches de l’exploitation.

Une soixantaine de vaches sont présentes à la ferme d’Arras, toutes Normandes, une race rustique. Leur lait est très « fromageable » : l’une des filles de Monsieur GUERET fait d’ailleurs des fromages et se prépare à les commercialiser.

En quelques chiffres, une vache Normande c’est :

  • 20 L de lait produits par jour
  • 50 à 60 kg de nourriture consommés
  • 80 L d’eau ingurgités

Le gérant nous a expliqué comment les vaches étaient nourries. L’exploitation est autonome sur l’alimentation des bêtes, excepté le soja qu’elle importe. On apprend également comment les vaches sont soignées et comment est récupéré et stocké le fumier.

Unité de méthanisation

Il s’agit d’un procédé 100% biologique et naturel. Les déchets (fumier et végétation) sont stockés dans une grosse cuve où ils sont privés d’oxygène. En se décomposant, ils dégagent du biogaz qui est principalement du méthane. Ce dernier est en partie responsable des émissions de gaz à effet de serre qui contribuent au réchauffement climatique de la planète. En l’utilisant comme source d’énergie, on évite donc que le méthane se disperse dans l’atmosphère. De plus, le biogaz est bel et bien une énergie renouvelable. En effet, elle est créée à partir d’une ressource dont les réserves sont inépuisables : ici, les effluents des vaches.

Pour alimenter le méthaniseur, par an il faut :

  • 2 500 m3 de fumier de vaches
  • 2 800 m3 de fumier de porcs d’une exploitation voisine
  • 500 tonnes de déchets de céréales
  • 1 000 tonnes de déchets végétaux ensilage de seigle
  • 1 500 m3 d’eaux usées (lavage de l’étable, fausse sceptique de l’habitation de la famille GUERET.
  • Divers déchets verts des particuliers voisins

250 kWh de gaz sont produits par jour, cette quantité de gaz pourrait alimenter en chauffage la commune de la Bazoche-Gouet, soit 1 200 habitants. La chaleur produite par le méthaniseur sert à chauffer l’habitation des gérants, une maison voisine ainsi que l’exploitation porcine voisine. La Ferme d’Arras est donc autonome en électricité et gaz. Elle revend le surplus d’électricité à EDF : 0.23 € le kWh.

Processus du méthaniseur :

  • Digesteur principal : nourri tous les jours par du fumier, déchets organiques, etc. soit 30 m3 consommés par jour
  • Post digesteur : les bactéries vivent sans oxygène et dégradent ainsi ces matières en biogaz
  • Les bactéries sont réactivées grâce à de nouveaux déchets afin de finir la dégradation
  • Digestat : matière organique qui est stocké pendant 6 mois avant d’être épandue sur les terres. Le digestat permet de réduire drastiquement l’utilisation de phytosanitaire.